Non classé

Asana : La posture en harmonie

L’asana correspond à une position physique où l’on est parfaitement en accord avec soi. Chaque position se doit d’être une situation agréable pour se sentir á l’aise et en harmonie afin de trouver le repos dans l’exercice. Selon les enseignements de Patanjali, un asana se réfère à une posture fixe ou meditative, pour certaines d’entre elles, l’immobilité n’est pas de rigueur. Les asanas ne peuvent être classés, ils englobent un champs bien plus large que notre simple comprehension. Une prise de position quant à savoir si le yoga s’exerce d’une manière ou d’une autre ne doit pas entraver la richesse de la pratique dans son entièreté. Dans son ensemble, il n’y a pas plus d’immobilité que de mouvement, le yoga permet de respirer l’action, de ventiler l’interaction, de permuter chaque élan en meditation. Dans un cadre différenciant, il existe deux types d’exercices :

  • Les asanas statiques ( classique )
  • Les asanas dynamiques ( non- traditionnel )

Les deux types d’asanas présentent différents aspects qu’il est bon de mettre en pratique. La posture non-traditionnelle, à tendance dynamique, regroupe des enchainements rapides, qui n’autorisent pas le pratiquant à s’installer de façon tranquille et confortable pour contempler l’opération entre le corps et l’esprit dans une statuaire arrêtée. Par ailleurs, la posture dite classique, met en place l’attitude incarnant pleinement la pose meditative, en concentrant son énergie sur l’activité intrinsèque de notre être et son caractère immuable, et pourtant, l’immobilité ne satisfait pas entièrement la pleine connaissance de soi au travers de nos aptitudes qui prennent sens dans le mouvement.

C’est pourquoi il existe 5 différents aspects auxquels nous devons être attentifs. Le corps n’a pas spontanément la faculté d’être immobile ou stable, il faut donc lui faire traverser des changements de différentes nature pour intégrer la synergie étatique menant à la combinaison des aspects facilitant l’unité de la pratique. Ces différents aspects se vivent clairement à travers n’importe quel stade de notre evolution.

  • phase 1 : état ordinaire / mouvements limités
  • phase 2 : état transparent / pleine capacité de mouvements et étirements
  • phase 3 : état modulateur / pleine conscience et extension des muscles
  • phase 4 : état harmonieux / synergie entre la dynamique et la statique
  • phase 5 : état méditatif / encrage, équilibre et stabilité dans la posture

La veritable pratique du yoga á travers les asanas ne se resume pas á la recherche d’un état méditatif au travers de la posture, elle se rapporte aux conditions variées de flexibilité, d’élasticité, d’adaptabilité et de confort que le corps et l’esprit sont amené à vivre l’experience. Il n’ y a pas de bons ou de mauvais pratiquants, il y a des pratiquants qui vivent l’experience du yoga sans tenir compte d’un probable state évolutif ou d’une possible création à travers le souffle. Il y a ‘amour du yoga dans sa globalité.

D’après les upanishads, Patanjali affirme que la posture n’est pas directement une posture vouée et dédiée à l’état méditatif. Selon la place que l’on donne á la meditation, la position du paon ( mayurasana ) n’est pas considérée comme telle. Impliquant des pressions fortes sur les organes, la position peut sembler inconfortable, de plus elle met en place un jeux puissant d’équilibre et de stabilité en faisant appelle, un temps soit peu, á notre force de maintien. On cite aussi la position du scorpion ( vrischikasana ) et la planche sur le coté ( vashishtasana ) qui contribuent à varier la statuaire de l’asana à des fins toutes autres que l’aspect méditatif, le mental peut alors rester totalement concentré et intégrer la béatitude dans des circonstances variées et suivant des variables inconnues ou peu connues.

Un asana entraine des effets insoupçonnés voire des bénéfices remarquables. la bonne position durant le sommeil est cruciale, l’asana vient attendrir les muscles profonds, ce qui facilite le confort den position allongée et perpétue la stabilité du sommeil à des fins réparatrices. La position au travail ou à table est également importante, elle permet de rectifier sa posture et ses gestes afin d’optimiser le confort et les sensations, donc le bien-être. La plus grande position est celle du quotidien, c’est pourquoi, porter l’attention sur sa pratique dans un cadre pluriel peut permettre de faciliter et de résoudre chaque paramètre entraînant souffrance et maux. Le yoga préconise donc d’observer d’abord la position et de la corriger en ce sens. Quand vous êtes assis, assurez- vous que vous êtes bien installé. C’est cela l’asana.

Dans une variante dynamique, l’asana permute la respiration à travers le mouvement pour donner vie à une coordination et une harmonisation progressive des différentes fonctions de l’organisme (squelette, système musculaire, nerveux, glandulaire, respiratoire et digestif ). A partir de cette subtile génération de sens entre le mouvement et la position, la salutation la plus dévouée peut alors s’installer et mener à un ensemble d’enchainements parfaitement exécuté. Un asana, est un outil précieux et la voie d’accès à un chemin plus grand.

La pratique de l’asana permet également d’acquérir la connaissance des trois dimensions qui soutiennent la tradition et son étude. La nature de ces trois sphères suggère la capacité d’éveil du joug entre le corps et l’esprit. L’experience de l’asana qui est physique mène à une experience touchant des niveaux dimensionnels distinctifs : annamaya, manomaya, et pranayama, de l’ordre des  » Koshas « .

  • Anmamaya Kosha : l’aspect physique et toute la syntaxe energétique qui forme son intégrale permanence ( os, muscles, nerfs, circulation, organes ). Chaque posture doit susciter notre concentration et l’observation consciencieuse des sensations et perceptions engendrées par l’exercice. Annamaya donne la tranquillité et le repos.
  • Manomaya Kosha : la sphère mentale. Chaque posture donne une forme de caractérisation par laquelle nous associons un principe d’ordre mental. En favorisant l’absence de distraction et la concentration nécessaire á travers nos schemes de visualisation, le mental devient l’allié de notre propre faculté à proposer l’asana qui nous donne la nature propre de notre interaction avec nos forces et faiblesses. Manomaya apporte la paix et la stabilité au sein même de l’exercice.
  • Pranayama Kosha : le souffle énergétique. Chaque posture permet de faire circuler le prana, l’énergie circulant librement au sein de l’univers qui dirige source de potentialités en plein accord avec la connaissance de soi par laquelle passe les différents koshas et l’intégration de l’âme sur ces plans subtils ( jivatman ). Prayama est source de vitalité, il est le tremplin permettant de pratiquer le yoga avec les technique qui lui sont propres tant pour la respiration organique que la respiration tantrique. Le pranayama consiste à éveiller et réguler chaque position afin d’éclaircir le rôle subtil de l’asana dans toute l’essence de nos dimensions ( dyhāna )

A noter que Vijanamaya Kocha et Anandamaya Kosha sont des koshas d’au autre ordre décuplant les aspects de la meditation.

0 comments on “Asana : La posture en harmonie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :