Zazen

Le zazen est une meditation de pleine conscience (mindfulness). D’après la philosophie bouddhique zen, elle est plus justement formulée en tant que  »travail de l’Esprit » : « Meiso ». En adoptant la posture du lotus qui lui est propre, il s’agit de mettre l’esprit en éveil à travers la position pacifique du corps.

« Il convient d’être complètement présent dans chaque geste : se concentrer ici et maintenant, telle est la leçon du Zen. »

– Taisen Deshimaru

Afin de stimuler l’épine dorsale et les centre vitaux, il convient d’adapter l’état naturel afin de résorber toute tension et ainsi permettre au cortex cerebral de se reposer alors qu’il travaille constamment en dehors. (sommeil y compris). La meditation amène également une dimension spirituelle proche de la vie de Buddha, ayant trouver la voie de l’illumination grâce à sa pleine conscience de l’univers. Cet éveil spirituel si proche du divin soit-il, se réfère au « Satori« , l’idée qu’une ascension est possible par l’intermédiaire d’une dévotion immuable envers les forces subtiles de l’univers . Cette conscience de soi est, pour le maitre zen, le fruit d’un travail de toute une vie. Ce fruit imperissable est un préambule à la sagesse du Buddha, celui-ci se nomme « Kensho« .

« Une grenouille qui connaît parfaitement son étang et s’y retrouve invincible, ne connaît strictement rien comparé à la grandeur des autres mers et océans. »

[いのなかのかえるたいかいをしらず – i no naka no kaeru taikai wo shirazu

En totale vibration constante, le corps peut également rectifier les zones d’ombre qui s’y placent en connectant le bassin les genoux á la terre, et lea zone cérébro-spinale vers le cieux pour former ainsi le grand tout dans les règles de la pratique à l’instar du « Fukanzazengi » : le grand traité de délivrance. Afin de parfaire la lumière intérieure, les épaules sont bien détendues, la paume gauche se place sur la pomme droite et les deux pouces se touchent (tout juste). En pleine condition, le corps s’arrête et permet à l’esprit de se mouvoir autrement, ce qui permet d’être plus attentif aux mécanismes que nous avons créé et comment ils opèrent, le Zazen nous donne alors la chance d’écouter dans la plus grande sincérité. Afin de nourrir l’esprit du zen ambiant, il est important de se retrouver dans un cadre privilégié et dédié afin de laisser murir dans les meilleures circonstances le souhait du zen.

« On laisse passer les pensées, on ne les entretient pas. Elles perdent ainsi leur activité, et zazen nous conduit au-delà. »

– Taisen Deshimaru

Le Zazen est une pratique à part entière qui peut se pratiquer seul ou en groupe, mais également en récitant des chants traditionnels permettant ainsi á l’esprit de concentrer l’énergie du divin plutôt que d’observer et d’analyser le rythme de ses pensées. Effectivement la plus grande application du Zazen s’effectue dans le cadre de la grande compassion, de la joie suprême et de la divine équanimité consistant à établir le contact avec la lumière de l’âme.

« Lorsque l’esprit ne demeure sur rien, le véritable esprit apparaÎt. »

sutra du diamant

Le coeur épanoui, l’esprit tranquille, et la sensibilité universelle du bouddhisme zen peut aider à générer à nouveau la lumière du corps dans son intégralité.

La bougie ne perd rien de sa lumière en la communiquant à une autre bougie.

Proverbe japonais

Un cœur parle à un autre cœur.

以心伝心 – I-shin den-shin

Une séance dure en général une heure :

  • 5 min de preparation (respiration Tanden)
  • 10 min de salutation (recueillement Sesshin et transition Hishiryo)
  • 30 min de concentration (position Kekkafuza et mudra Hokkaijoin)
  • 10 min d’action (marche Kinshin)
  • 5 min de sollicitation (repos Shusei)

Pour conclure la séance, il est toujours bon de partager le travail de chacun à travers un petit cercle de parole en buvant le thé.

Afin de perpétuer cette pratique, le coeur léger, je vous invite à participer à tout niveau pour établir la connexion avec l’esprit-coeur : le Shingyo.

Pour toute réservation : transmettez votre souhait

Kohachiro Miyata-Shakuhachi – Shika No Tone